Mes droits face à police

Les relations entre les jeunes et la police sont souvent émaillées de difficultés, tensions et sans doute d’une certaine crainte réciproque. Il n’est pas rare que la police considère les jeunes comme potentiellement fauteurs de troubles, ils sont bruyants… surtout s’ils restent en groupe. De la même manière, les jeunes peuvent avoir tendance à voir, dans certaines interventions policières, un caractère essentiellement irritant et non pas de protection.
Sur le forum belge sur la protection urbaine, tu trouveras plus d’informations sur les jeunes, la loi et la police.

Les conflits entre jeunes et forces de l’ordre ne sont pas pour autant inexistants en Belgique. C’est pourquoi nous avons voulu nous intéresser aux initiatives positives, celles visant à apaiser ces relations. Nous en avons listé quatre : activités sportives en commun, formation des policiers, information des jeunes ou encore concertation entre ces acteurs.
Pour en savoir plus sur les initiatives positives 

JEUNESSE ET POLICE : RECOMMANDATIONS POUR UN APAISEMENT. Une attention particulière a été accordée aux usages illégitimes de la force dont les enfants et les jeunes peuvent être victimes de la part des policiers. Plusieurs recommandations ont ainsi été formulées par le délégué général aux droits de l’enfant (DGDE) sur le plan socio-économique et institutionnel, à l’égard des autorités de police, du ministre de la Justice et des autorités judiciaires afin de tenter d’améliorer et d’apaiser les relations entre les jeunes et la police.
Pour en savoir plus sur le DGDE et  ses recommandations

 

WP-Backgrounds by InoPlugs Web Design and Juwelier Schönmann